Cie Mycelium Project

La compagnie Mycelium Project, via le langage sensible du corps en mouvement, se donne comme intention dans ses recherches de création de tisser des ponts entre l’homme et les autres règnes du vivant : animaux, végétaux minéraux.

« Nous vivons une crise de la sensibilité. »

Baptiste Morizot

Sentir l’énergie du vivant par l’ouverture du cœur et des consciences permettra peut-être de freiner la crise écologique.

Toutes recherches passent par une connexion sensible à soi et aux autres êtres vivants. La connexion à soi se fait à travers la pratique du Mouvement Organique® et c’est avec le corps conscient que nous entrons en relation avec l’environnement. Il ne s’agit donc pas de faire mais d’être pleinement pour aborder la relation.


Création « ANIMALS »

Création Chorégraphique par Morgan Davalan au croisement du Mouvement Organique® et de la recherche scientifique pour 3 performeurs avec la collaboration de Sophie Carles, ancienne chercheuse en biologie (doctorat en évolution des espèces animales).

• Catégorie

Danse & Pratiques somatiques (Mouvement Organique® et Body Mind Centering®)

• Descriptif

ANIMALS met en danse et en jeu les principales étapes de l’évolution du corps animal sur Terre depuis la première cellule eucaryote jusqu’à l’homme.

À travers différents tableaux les danseurs explorent intérieurement les états de corps des principaux schèmes de mouvement des corps animaux (de l’éponge au primate en passant par le batracien et le lézard).

Il en résulte une danse organique vacillant tout au long du spectacle entre l’individuel et le collectif. Les corps, en symbiose avec la musique, semblent incessamment entraînés par une force magnétique qui les attire les uns vers les autres pour ne former qu’un seul corps.

• Intention

Partager à travers cette pièce un travail de recherche sur le corps animal pour signifier et partager notre appartenance à la Terre. Viser par l’expression du Mouvement Organique® une écriture chorégraphique exprimant les liens organiques et vibratoires que nous partageons avec tous les organismes vivants.

Ce travail expose aussi un témoignage artistique sur un processus somatique de reconnexion au corps animal et questionne tout aussi bien la place de l’homme aujourd’hui au sein de la biodiversité que son rôle vis-à-vis de sa destruction.

• Genèse du projet

Entre 2017 et 2019 j’ai eu la chance de voyager plusieurs fois en Australie. J’ai pu marcher pieds nus sur la terre rouge de l’Outback, j’ai respiré les effluves des eucalyptus, joué à cache-cache avec les kangourous et les koalas. J’ai nagé avec les tortues, rencontré les baleines à bosse et je me suis émerveillée de la diversité de la faune et de la flore de la grande barrière de corail.

J’ai compris en Australie le sens du « terme » sauvage, le sens du mot forêt. Je me suis retrouvée nez à nez avec des oiseaux sans que cela ne semble les effrayer. Plus d’une fois je me suis sentie remise à ma place d’animal au sein du vivant.

Mais c’est aussi au cours de ces voyages que j’ai été le plus confrontée à l’ampleur de certains désastres écologiques causés par l’activité de l’homme comme la mise en péril de la grande barrière de corail face aux projets industriels et au tourisme de masse. J’ai croisé des rivières vidées de leur eau, à cause de l’agriculture intensive et des projets industriels, rendant la vie dans ces régions de plus en plus difficile. Je fus profondément accablée par les incendies de 2019 et 2020 d’autant plus que je m’y trouvais lorsqu’ils se sont déclarés. La disparition de ces près de 20 millions d’hectares ont causé la mort d’innombrable espèces animales et végétales dont certaines peuvent avoir définitivement disparues.

Pour prendre conscience il ne suffit pas de savoir ou de l’avoir lu ou vu à travers les médias, il faut l’ancrer dans son cœur et son corps. C’est ainsi que je justifie sans doute mon engagement dans la pratique du Body Mind Centering® et du Mouvement Organique® que je pratique et enseigne depuis une dizaine d’années. Lorsque les personnes ressentent le mouvement de leurs cellules ils comprennent vraiment de quoi ils sont faits et qu’en tant qu’humain ils appartiennent à la grande famille du vivant englobant les vertébrés, les mollusques, les algues, les plantes, les bactéries… Au fur et à mesure que nous contactons et ressentons concrètement notre corps vivant nous commençons à changer nos habitudes et évoluons vers une consommation de plus en plus consciente et respectueuse du vivant.

• Écriture in situ

En dehors du plateau la compagnie travaille directement hors les murs. Chaque performance est modulée en fonction du lieu de création et de présentation. Le travail du corps et celui de l’écriture s’adaptent à l’environnement propre à chaque lieu fait aussi avec et pour le lieu. Ainsi l’espace, mais aussi les éléments qui s’y trouvent (végétaux, eau, vent, paysages, animaux, habitants…) sont pris en compte dans le processus créatif et de représentation et entrent comme éléments participants à l’œuvre.

• Création sonore et performance live

Par El Martyan

L’évolution des êtres vivants est, entre autres, due à des accidents, des mutations génétiques qui sont souvent des erreurs de recopies de gênes dans une cellule lors de la mitose.

Il m’a paru intéressant de travailler sur l’aléatoire au niveau musical, de créer une grande quantité de boucles sonores et musicales avec des rythmes et des longueurs variées et qui seront lancées aléatoirement.

Toute sorte d’accidents peuvent alors se produire, y compris le silence. Le musicien en live peut décider de la densité et de la nature de ces boucles en fonction du moment du spectacle. Il peut aussi rajouter des sons avec la possibilité de les boucler et donc de les copier, avec ou sans erreurs.

• Équipe

Direction artistique et chorégraphique :

Morgan Davalan

Interprétation :

Frédéric Maymil

Morgan Davalan

Paulin Robin

Musique / Performance sonore :

El Martyan

Collaboration scientifique :

Sophie Carles

• Dossier de présentation


• Calendrier de création

10-19 Mars 2021 : Résidence dans les Monts d’Arrée à La Route du Lin – Commana (29)

26-28 Avril & 28-30 Mai 2021 : Résidence aux abord de la forêt de Brocéliande à La Ferme à Soi – Iffendic (35)

17-24 Juillet 2021 : Résidence dans le lieu agriculturel Le manoir de Kerminy – Rosporden (29)

02-10 Octobre 2021 : Résidence à Kerminy – Rosporden (29)

19-20 Avril & 18-20 Mai 2022 : Résidence en Brocéliande – Iffendic (35)

15-19 Aout 2022 : Résidence à Kerminy – Rosporden (29)

20-21 Aout 2022 : Premières pour l’évènement Pandorhack sur le domaine du Manoir de Kerminy – Rosporden (29)